ortie dioïque bio

$ 4,25

Urtica dioica, Urticacées

Ortie dioïque, stinging nettle

On en connaît surtout les petits poils urticants qui couvrent tiges et feuilles de la plante, et qui procurent un effet cuisant à qui s’y frotte… mais l’ortie est bien plus!

Qu’on la mange, qu’on la boive, qu’on se flagèle avec, ou encore qu’on en confectionne un purin pour le jardin… elle est là pour nous, abondante, généreuse, prête à partager ses bienfaits et sa saveur terreuse typique, bien verte, un peu plus relevée que celle de l’épinard. Car c’est bien pour nous à la base : un légume! Délicieuse verdure qui a perdu ses piquants à la cuisson, et qui s’apprécie particulièrement bien en soupe, ou dans un risotto, dans des malfatti ou ravioli, ou encore en pesto… On pourrait écrire un chapitre complet où se déploieraient toutes ses utilisations pour le corps avec une action marquée sur la peau, les cheveux, ou encore son apport à l’univers des textiles, soit comme teinture, ou carrément comme fibre, car on file aussi sa tige. Retenons surtout sa teneur en acide silicique, en vitamine A et C, et en fer… On vous invite à vous réfèrer à des professionnelles de l’herboristerie pour son utilisation thérapeutique. Vivace rustique jusqu’en zone 3, se propageant à la fois par des rhizomes souterrains et par semis spontanés. À placer judicieusement au jardin, où sa propension à s’étendre et son pouvoir urticant ne nuiront pas.

180-200 graines

Semences certifiées bio par Québec Vrai, produites ici, à LA SOCIÉTÉ DES PLANTES

En stock

Semez les graines en surface du terreau et gardez entre 15° et 20°C, idéalement en alternant entre les 2 températures. La levée s’étalera sur 3 semaines. Lorsque les plantules auront 7 cm de haut, mettez des gants et repiquez-les en pots individuels pour qu’ils développent leur masse racinaire avant la transplantation finale au jardin. L’ortie apprécie les sols fertiles, humides et un peu ombragés.